Qu’est-ce donc qui intéresse dans la musique de chambre ? Le répertoire est certes bien riche, mais il est facile de s’y perdre : il y a tant de quatuors et de sonates ! N’empêche, c’est une grande chance d’avoir accès à autant de musique, et la qualité des oeuvres y est pour beaucoup dans l’expérience chambriste.

Mais encore ? Ce qui m’a guidé dans l’élaboration de cette saison, c’est la recherche de l’expérience. Celle de la proximité avec les musiciens, qui permet l’échange ; celle de la découverte, parce qu’il n’y a rien comme d’être transformé au contact de choses que nous n’aurions pu prévoir ; finalement, celle de l’unicité du moment, parce qu’un concert est bien plus qu’une oeuvre ou qu’une interprétation, c’est une expérience partagée.

Pour accéder à ce niveau d’expérience, il faut toutefois bien entendre et bien voir. À la Maison symphonique et à la salle Pierre-Mercure, bien peu de chances d’être déçu sur ce point. Côté découverte, non seulement entendrons-nous pour la première fois à Montréal les Nevermind et Jay Campbell de ce monde, mais les programmes proposés font la part belle aux musiques des vingtième et vingt-et-unième siècles. Dans les cas où la musique est plus ancienne, soyez assurés qu’elle sera rendue avec une sensibilité toute contemporaine.

Finalement, la Société Pro Musica est fière de renouveler pour sa prochaine saison son engagement auprès de la relève musicale d’ici en présentant à la Place des Arts sa série des Mélodînes, une occasion unique d’aller à la rencontre des grands interprètes de demain.

Sans aucune forme d’ironie : vive la musique !

ALEXIS RAYNAULT

Coordonnateur des activités artistiques