Série Les Récitals

Daniil Trifonov

Joue Beethoven et Prokofiev

S’imposant comme l’un des pianistes les plus inspirés de sa génération, Daniil Trifonov revient à Montréal pour éblouir les mélomanes. Véritable phénomène du clavier, Trifonov fera dialoguer des œuvres de Beethoven et de Schumann avec la Sonate no 8 de Prokofiev, « l’enfant terrible » de la musique russe.

Biographie


Daniil Trifonov, piano

Le pianiste russe Daniil Trifonov, lauréat d’un Grammy Award (dan-EEL TREE-fon-ov) - lauréat du prix de l’ artiste de l’année 2019 de Musical America - a fait une ascension spectaculaire du monde de la musique classique en tant qu’artiste solo, champion du concerto répertoire, collaborateur de chambre et de chant et compositeur. Alliant une technique consommée à une sensibilité et une profondeur rares, ses performances sont une source perpétuelle d’admiration. «Il a tout et plus… la tendresse et aussi l’élément démoniaque. Je n’ai jamais rien entendu de tel », s’est émerveillée la pianiste Martha Argerich. Trifonov a récemment ajouté un premier Grammy Award à sa chaîne déjà considérable d’honneurs, remportant le prix du meilleur album solo instrumental de 2018 avec Transcendental, une collection Liszt qui a marqué son troisième titre en tant qu’artiste exclusif de Deutsche Grammophon. Comme le note le Times de Londres, il est «sans aucun doute le pianiste le plus étonnant de notre époque». 

Cet automne marque la sortie de Destination Rachmaninov : Arrival . Avec les premier et troisième concertos du compositeur, il s’agit du troisième volume de la série Trifonov de Deutsche Grammophon enregistré avec le Philadelphia Orchestra et Yannick Nézet-Séguin, suivant Destination Rachmaninov: Departure , nommé BBC Music ’s 2019 Concerto Recording of the Year, and Rachmaninov : Variations, nominé aux Grammy Awards 2015. Plus tard cet automne, Trifonov inaugure son mandat à multiples facettes tout au long de la saison en tant qu’artiste en résidence de la New York Philharmonic 2019-2020 avec des comptes rendus du Concerto pour piano de Scriabine sous la direction de Jaap van Zweden. La résidence le voit également participer à la première new-yorkaise de son propre quintette pour piano et rejoindre le directeur musical et l’orchestre du 25e Concerto pour piano de Mozart, d’abord à New York, puis en tournée européenne qui comprend un arrêt au Barbican de Londres. Le concerto Scriabin est le véhicule du retour du pianiste à la New World Symphony sous la direction de Michael Tilson Thomas, avec qui il se réunit pour le Concerto pour piano de Tchaikovsky avec le Los Angeles Philharmonic et pour le Quatrième de Rachmaninov avec la San Francisco Symphony, à la fois au domicile de l’orchestre et sur tournée en Europe. Parmi les autres temps forts de l’orchestre, citons le premier concerto pour piano d’Alexander Mosolov avec la symphonie de Nashville et les premier et cinquième concertos pour piano de Beethoven avec l’orchestre de Philadelphie et Nézet-Séguin, comme on l’a entendu dans la série DG Rachmaninov du pianiste. En récital cette saison, Trifonov visite un programme solo de transcriptions de Bach etL’Art de la fugue au Lincoln Center de New York, à l’Orchestra Hall de Chicago, à la Celebrity Series de Boston et à des destinations en Europe, en plus de collaborer avec son mentor et collègue pianiste Sergei Babayan au Carnegie Hall, à l’Université Cornell, à l’Eastman School of Music et à Dortmund, en Allemagne. 

Trifonov a lancé la saison 2018-19 du New York Philharmonic avec des performances consécutives, jouant le Concerto en sol majeur de Ravel lors du gala d’ouverture et le Concerto « Empereur » de Beethoven la nuit suivante. Il a revisité le Ravel en tournée avec le London Symphony et Sir Simon Rattle, et lors d’une résidence au Musikverein de Vienne, où il est apparu avec le Vienna Philharmonic et a donné la première autrichienne de son propre concerto pour piano. L ‘«empereur» l’a également emmené au London Symphony, au National Symphony, au Cincinnati Symphony et au Cleveland Orchestra, avec lesquels il a fait une tournée en Asie. Parmi les autres faits saillants de l’orchestre, citons les performances du concerto de Scriabine lors d’une résidence d’une saison avec l’Orchestre philharmonique de Berlin, Third de Prokofiev avec le Chicago Symphony, Third de Rachmaninov avec le Boston Symphony, et le concerto de Schumann avec le collaborateur de longue date Valery Gergiev et le Met Orchestra au Carnegie Hall. Trifonov a donné des récitals en solo de Beethoven, Schumann et Prokofiev sur la scène principale de Carnegie et à Berlin, où sa résidence de l’Orchestre philharmonique de Berlin a présenté plusieurs performances en solo et en chambre. Il s’agit notamment de comptes rendus de son propre Quintette avec piano, dont il a également donné la première à Cincinnati avec le Quatuor Ariel, et un récital en duo avec le baryton allemand Matthias Goerne, avec qui il a également joué au 92nd Street Y à New York.
 
Parmi les autres faits saillants des saisons récentes, mentionnons une série de sept concerts de la saison de Carnegie Hall «Perspectives», couronnée par une représentation du concerto pour piano de Trifonov avec Gergiev et le Mariinsky Orchestra; commissaire d’une série similaire au Vienna Konzerthaus et à San Francisco, où le pianiste a donné une performance de clôture de la saison avec le San Francisco Symphony; jouer First de Tchaikovsky sous Riccardo Muti dans la finale de gala historique des célébrations du 125e anniversaire du Chicago Symphony; en tête d’affiche des cycles complets de concertos de Rachmaninov au Rachmaninoff Festival de New York Philharmonic, avec le Philharmonia Orchestra de Londres, et en tournée avec le Munich Philharmonic; entreprendre des tournées asiatiques avec l’Orchestre philharmonique tchèque et l’Orchestre dell’Accademia Nazionale di Santa Cecilia de Rome et des tournées européennes avec l’Orchestre philharmonique de Londres, Royal Concertgebouw Orchestra et La Scala Orchestra; et faire ses débuts aux BBC Proms de Londres et avec le Chicago Symphony, le Boston Symphony, le Cleveland Orchestra, le Philadelphia Orchestra, le Montreal Symphony, le Rome’s Orchestra dell’Accademia Nazionale di Santa Cecilia, le London Philharmonic Orchestra, le Royal Stockholm Philharmonic, le Berlin Staatskapelle, et le Berlin Philharmonic, où il a dirigé le célèbre concert du Nouvel An de l’orchestre sous la direction de Sir Simon Rattle. Depuis ses débuts en récital solo au Carnegie Hall, au Wigmore Hall de Londres, au Musikverein de Vienne, au Suntory Hall du Japon et à la Salle Pleyel de Paris en 2012-13, Trifonov a donné des récitals en solo dans des lieux tels que le Kennedy Center à Washington DC, la Celebrity Series de Boston, le Barbican de Londres et les salles Royal Festival et Queen Elizabeth, La saison 2013-14 a vu la sortie de Trifonov: The Carnegie Recital , le premier enregistrement du pianiste en tant qu’artiste exclusif de Deutsche Grammophon; capturé en direct lors de ses débuts à guichets fermés au Carnegie Hall en 2013, l’album a remporté une nomination aux Grammy Awards. Outre le Transcendantal primé aux Grammy , Destination Rachmaninov: Départ et les Variations Rachmaninov nominées aux Grammy , Deutsche Grammophon a également publié Chopin Evocations , qui associe les œuvres du compositeur à celles des compositeurs du XXe siècle qu’il a influencés. La discographie de Trifonov comprend également un album de Chopin pour Decca et un enregistrement du premier concerto pour piano de Tchaïkovski avec Gergiev et le Mariinsky Orchestra sur la propre étiquette de l’ensemble. 

C’est au cours de la saison 2010-11 que Trifonov a remporté des médailles dans trois des compétitions les plus prestigieuses du monde de la musique, remportant le troisième prix du concours Chopin de Varsovie, le premier prix du concours Rubinstein de Tel Aviv, ainsi que le premier prix et le grand prix – un honneur supplémentaire décerné sur le meilleur compétiteur au classement général dans toutes les catégories – au Concours Tchaïkovski de Moscou. En 2013, il a reçu le prestigieux prix Franco Abbiati du meilleur soliste instrumental décerné par les plus grands critiques de musique d’Italie, et en 2016, il a été nommé Artiste de l’année par Gramophone . 

Né à Nizhny Novgorod en 1991, Trifonov a commencé sa formation musicale à l’âge de cinq ans et a poursuivi ses études à l’école de musique Gnessin de Moscou en tant qu’étudiant de Tatiana Zelikman, avant de poursuivre ses études de piano avec Sergei Babayan au Cleveland Institute of Music. Il a également étudié la composition et continue d’écrire pour piano, ensemble de chambre et orchestre. Lorsqu’il a créé son propre Concerto pour piano en 2014, le Cleveland Plain Dealer s’est émerveillé: «Même après l’avoir vu, on ne peut pas vraiment le croire. Tel est le talent du pianiste-compositeur Daniil Trifonov. » 

Informations


Maison symphonique de Montréal

1600 Rue Saint-Urbain, Montréal, QC H2X 0S1

Dimanche 23 février 2020, 14h30
Tarif billet simple

À partir de 46$ *

* La tarification, les artistes, le répertoire, les dates et les heures des concerts peuvent être modifiés sans préavis.

Acheter
Abonnement

Programme


*** 
Scriabin,
Étude in C-sharp minor, op. 2, no. 1 (3 min.)
Scriabin, 2 Poèmes (2 Poems), op. 32 (5 min.)
Andante cantabile
Allegro, con eleganzza, con fiducia
Scriabin, 8 Etudes, op.42 (15 min.)
Scriabin, Poème tragique (Tragic poem), op. 34 (3 min)
Scriabin, Etude in D-sharp minor, op. 8, no. 12 (3 min.)
Scriabin, Sonata no. 9, op. 68, ‘‘Black Mass’’ (8 min.)
Beethoven, Sonata no. 31 in A-flat major, op. 110 (20 min.)
Moderato cantabile molto espressivo
Allegro molto
Adagio ma non troppo. Arioso dolente. Fuga

Borodin, Petite suite, excerpts (13 min.)
Au couvent (At the Convent)
Intermezzo
Serenade
Prokofiev, Sonata no. 8 in B-flat major, op.84 (30 min.)
*** 

Extraits


À venir

Série Les Récitals

Voir les Récitals

Brochure et dépliants

Brochure saison 19-20
Dépliant mélodînes
Dépliant Pierre-Rolland