Ilya Poletaev

Piano

EN SALLE
Dim. 23 janvier 22 15h Centre Phi – Espace A
EN WEBDIFFUSION
Du 6 au 20  mars 2022 sur demande ACHETER

* La tarification, les artistes, le répertoire, les dates et les heures des concerts peuvent être modifiés sans préavis.

Biographie

Musicien à l’esprit farouchement curieux, à la technique irréprochable et à la vision intensément poétique, Ilya Poletaev est un artiste aussi à l’aise sur le piano moderne que sur les claviers historiques : clavecin, pianoforte et orgue de chambre. Salué comme « l’un des pianistes les plus importants de sa génération » par le Süddeutsche Zeitung, il a lancé sa carrière après avoir remporté le premier prix au prestigieux Concours international Johann Sebastian Bach de Leipzig en 2010 – le seul Canadien à avoir remporté ce concours.

Il s’est depuis produit au Leipzig Gewandhaus, au KlavierFestival Ruhr, au Dresdner MusikFesttäge, au Potsdam Musikfestspiele, au Leipzig BachFest, à l’Accademia Filarmonica Romana, au Festival Bach de Montréal, au Kimmel Center and Chamber Music Society de Philadelphie, au St. Paul’s Ordway Center, au Roy Thomson Hall de Toronto, au Caramoor Festival , Chamber Music Northwest et de nombreux autres lieux et festivals prestigieux au Canada, aux États-Unis, en Italie, en Roumanie, en Allemagne et en Russie. Il a également été lauréat du Grand Prix du Concorso Sala Gallo en Italie 2008, lauréat du Canadian Stepping Stone 2008, grand lauréat du concours de clavecin SEHKS 2007, et lauréat du Concours George Enescu 2011 à Bucarest. En 2009, il a rejoint la liste d’Astral Artists et est actuellement lauréat d’Astral Artist.

Au piano moderne, il s’est produit avec le Toronto Symphony, Orchestra of St. Luke’s, Hartford Symphony, Moscow State Symphony Orchestra, Samara Philharmonic, Sinfonia Toronto, Orchestra Filarmonica di Cluj, Orchestra Filarmonica de Bacau et McGill Symphony Orchestra, collaborant avec de tels chefs d’orchestre comme David Robertson, Peter Oundjian, Bernhard Gueller, Alexis Hauser, Rossen Milanov, Nurhan Arman, John Holloway et Leo Kraemer.

Connu pour l’étendue et la créativité de ses choix de programmation, Poletaev a, au cours des saisons passées, offert des performances en solo allant du 2e livre complet du Clavier bien tempéré de JS Bach (qu’il interprète dans son intégralité sur des claviers modernes et historiques); aux récitals traditionnels et aux exécutions de concertos de répertoires à la fois connus et négligés (CPE Bach, Dussek, Medtner, Enescu, Nielsen, etc.), à des événements interdisciplinaires combinant des performances sur différents instruments, des lectures de poésie, des commentaires parlés et des récits historiques .

En interprétant le répertoire baroque et classique au piano moderne, domaine dans lequel il est bien connu, Ilya Poletaev s’efforce de réunir une vision personnelle et une large palette de couleurs instrumentales avec la plus grande attention aux sources et aux techniques d’interprétation historiques. « Un claveciniste expert, il jouait Bach au piano aussi bien que tout ce que j’ai entendu… Tout ce qu’il jouait était profondément considéré… Son intelligence était lumineuse. » ( Berkshire Eagle ). « L’Ouverture de Bach était présentée avec des rythmes délicieusement printaniers, un jeu constamment stimulant de lignes contrapuntiques et un ton clair et chaleureux sans aucun soupçon de dureté. Aussi élégant qu’il soit, avec des ornements finement détaillés, c’était aussi un jeu romantique. ( Vu et Entendu International ).

Dans ses interprétations de la littérature romantique traditionnelle, M. Poletaev combine la flexibilité d’improvisation dérivée de son expérience avec la pratique de la performance d’époque avec une perspicacité psychologique et un don pour la narration musicale à grande échelle. À propos d’une représentation récente des Humoreske de Schumann, un critique a écrit : « Il n’y a eu aucune tentative pour poncer les bords déchiquetés de Schumann, pour adoucir les coups des changements soudains de pensée et d’humeur. À travers une quantité généreuse de distorsion rythmique, Poletaev a révélé la merveilleuse vérité dans les angoisses, les obsessions et les tangentes sauvages de Schumann – que la sienne était une réalité à part. La résolution (la raison) était d’autant plus douce dans l’avant-dernière section, que le pianiste a rendue dans les nuances les plus tendres de la sincérité. ( Enquêteur de Philadelphie ).

Parmi ses nombreux intérêts musicaux, Poletaev a une dévotion particulière à la musique du grand compositeur roumain, George Enescu. Ses interprétations des œuvres pour violon et piano avec Axel Strauss, publiées par Naxos en deux volumes, ont été saluées comme « les meilleures lectures… en dehors des enregistrements qu’Enescu lui-même a faits » ( American Record Guide ) ; « formidable » ( Gramophone ) et « hautement convaincant » ( The Strad ). Une interprétation récente de la Sonate pour piano n° 1 d’Enescu lors d’un récital de la Philadelphia Chamber Music Society « a semblé transporter à un autre moment et à un autre endroit » ( Philadelphia Inquirer).

En 2011, pour marquer le 130e anniversaire du compositeur, Poletaev a effectué une tournée en Italie et en Roumanie avec un programme exclusivement consacré à la musique d’Enescu, et en 2017, il a organisé un tout premier mini-festival des œuvres d’Enescu au Canada, combinant les efforts d’interprètes de renommée internationale, étudiants et anciens lauréats de l’Université McGill.

Chambriste passionné, M. Poletaev est membre fondateur du Trio de Montréal (Axel Strauss, violon et Yegor Dyachkov, violoncelle) et du Trio Séléné (Mingzhe Wang, clarinette, et Elizabeth Lara, violoncelle). Le premier enregistrement du Trio Séléné, avec de la musique de Fauré, Zemlinsky et du compositeur catalan Fernando Buide, est sorti en mai 2018 ; et le second, avec pianoforte et mettant en vedette la musique de Beethoven, Eberl et Sharlat, sortira en septembre 2021. M. Poletaev est également apparu aux côtés d’artistes vocaux tels que Susan Graham, Miah Persson, James Taylor, Thomas Cooley et Dominique Labelle ; les violoncellistes Gary Hoffmann et Joshua Roman ; les violonistes Donald Weilerstein, Colin Jacobsen, Mark Steinberg, Stephen Copes et les membres des quatuors à cordes St. Lawrence, Juilliard et Alcan; flûtiste Ransom Wilson, et bien d’autres.

En tant que claveciniste solo, M. Poletaev s’est produit au Carnegie Hall’s Weill Recital Hall, à la Pierpont Morgan Library, Helicon Foundation, Ordway Center à St. Paul, Minnesota (avec le St. Paul Chamber Orchestra, à la fois dans des formations de chambre et sous la direction de Christian Zacharias), la Salle Bourgie de Montréal, le Aston Magna Early Music Festival, le Amherst Early Music Festival, la Yale’s Collection of Musical Instruments et la Helicon Foundation à New York. En tant que continuo, il a joué avec Masaaki Suzuki, Andrew Lawrence-King, Steven Stubbs, Nicholas McGegan, Simon Carrington, Graham O’Reilly, Matthias Maute et Helmuth Rilling. On peut l’entendre en solo et en continuo sur plusieurs enregistrements avec la Yale Schola Cantorum (la Passion selon saint Jean de Bach en 1725 ; la Missa Resurrectionis de Bertali, entre autres) — tous publiés sur le label ReZound.

En plus d’interpréter le répertoire classique, M. Poletaev est également actif en tant qu’improvisateur, à la fois en tant que soliste et créateur de partitions en direct pour le cinéma muet. En 2019, il a fait ses débuts au Giornate del Cinema Muto, un festival de cinéma muet de renommée mondiale à Pordenone, en Italie.

Les performances et les interviews de M. Poletaev ont été diffusées sur la BBC ; WQXR à New York ; la radio publique du Minnesota ; CBC Radio-Canada; les réseaux Radio Berlin-Brandenburg, MDR, NDR et WDR en Allemagne ; Radio Roumanie; Radio Rossiya et Radio Orfei (Fédération de Russie) et autres. Son enregistrement des œuvres pour violon et piano de George Enescu avec Axel Strauss a été entendu sur les stations de radio du monde entier.

Professeur dévoué, M. Poletaev est actuellement professeur agrégé de piano à l’École de musique Schulich de l’Université McGill à Montréal. Il est également directeur adjoint de la Choral Week du Norfolk Chamber Music Festival. Auparavant, il a fait partie de la faculté de l’Université de Yale en tant que conférencier en musique ancienne. Il a donné de nombreuses classes de maître et des conférences sur la pratique de l’interprétation dans de nombreuses écoles de musique parmi les plus prestigieuses au monde, notamment le San Francisco Conservatory, la Guildhall School de Londres, au Royaume-Uni, le Boston University Tanglewood Institute, la Buchman-Mehta Music Academy à Tel-Aviv. , Rubin Academy à Jérusalem, l’Université de Toronto, la Glenn Gould School et le Conservatorio di Milano. Ses étudiants ont été les récipiendaires de nombreux prix et bourses distingués.

Poletaev a commencé à étudier à Moscou à l’âge de six ans et a poursuivi ses études en Israël jusqu’à ce qu’il déménage au Canada à l’âge de 14 ans. Il détient un baccalauréat de l’Université de Toronto, où il a étudié avec la pianiste Marietta Orlov, le claveciniste Colin Tilney, et la composition avec Walter Buczynski, ainsi qu’une maîtrise et un doctorat de Yale, où il a étudié avec Boris Berman.

Biographie fournie par l’artiste

www.ilyapoletaev.com

Extrait du concert

Slide Slide Slide

Vidéos de l’artiste