Louis Godbout

Mot du réalisateur

Filmer un concert, c’est se heurter à la difficulté de faire voir pour mieux faire entendre. Une image gagne presque toujours en profondeur au contact de la musique, alors qu’une musique risque de se dévaluer quand on lui impose des images. Il y a dans l’expérience musicale une proximité et une intensité intraduisibles. Qu’est-ce que la musique ? D’où lui vient cette puissance singulière ?

Si on pouvait l’expliquer, on pourrait sans doute se passer d’elle. Écouter de la musique, c’est pénétrer dans une autre dimension, un monde mystérieux, à la fois indicible et familier. La musique accompagne nos joies et nos épreuves sans qu’on s’en étonne. Et pourtant. Par quel miracle un compositeur disparu il y a deux ou trois siècles peut-il connaître mon âme, savoir ce qui m’accable ou m’exalte aujourd’hui ? D’où sa musique tient-elle ce caractère de nécessité, pour ne pas dire de vérité ? Mozart n’est pas un dieu, Beethoven n’est pas un philosophe, Chopin n’est pas un scientifique. D’où alors ce rapport apparemment privilégié au réel ? Suffit-il de dire que ce sont des artistes ? Mais qu’est-ce qu’un artiste ? Fouillez-moi. Tout ce que je peux dire, c’est que tel passage de Chopin ou de Beethoven me va droit au coeur, rejoint quelque chose de vrai en moi, de durable, quelque chose comme une partie de ma nature, qu’il me fait presque découvrir.

Peut-être est-ce cela un artiste, une sorte d’explorateur de l’espace spirituel, qui navigue, se perd, revient sur ses pas, puis éventuellement découvre une île, un continent, une planète. L’artiste comme explorateur ou comme chercheur. De même que Newton a découvert la loi de la gravitation universelle plutôt qu’il ne l’a inventée, il y a aussi une perspective selon laquelle Chopin a découvert la Ballade en fa mineur plutôt qu’il ne l’a créée. Parce qu’il retouchait inlassablement ses compositions, il y a sûrement des dizaines de versions de cette Ballade qui ont fini dans la corbeille. Pourquoi s’être arrêté sur celle-là ? Parce que – Eurêka ! -, c’était la bonne, la juste, la « vraie », celle qui pour cette raison nous paraît aujourd’hui encore si proche, si familière, celle qui dévoile ce qui a toujours été là, et ce faisant nous dévoile à nous-mêmes. N’écoute-t-on pas de la musique – du moins la musique romantique – pour se retrouver ?

Mais comme je disais, si on pouvait expliquer la musique… Trêve de bavardage, donc, et place au concert.

Louis Godbout
Réalisateur Cartes Blanches

Biographie

Louis Godbout est un scénariste et réalisateur vivant à Montréal. Après une formation en droit, il se consacre à des études de philosophie, matière qu’il enseigne ensuite pendant quinze ans. Il publie quelques essais avant de se tourner vers la scénarisation (Coda, janvier 2020, Clinamen Films et La révision, en post-production, Cinémaginaire), puis la réalisation (Mont Foster, mars 2020 et 18 trous, en post-production, Les films Primatice).

Extraits des concerts

Extrait – Concerts Cartes Blanches

Extrait – Concert Kerson Leong (violon) et Pamela Reimer (piano)

Extrait – Concert Stéphane Tétreault (violoncelle) et Lysandre Ménard (piano)

Extrait – Concert Serhiy Salov (piano)

Extrait – Concert Leong, Tétreault et Salov

Filmographie